Zéro phyto

ZÉRO PHYTO POUR NOS ESPACES PUBLICS

PROMOUVOIR LA QUALITÉ DE VIE DE NOTRE  TERRITOIRE

Le 25 septembre 2014 la CCVA votait l'abandon progressif des produits phytosanitaires pour la gestion de ces espaces publics pour arriver au zéro phyto en 2020.

Deux ans se sont écoulés depuis la décision du Conseil Communautaire d'arrêter progressivement l'utilisation des produits phytosanitaires d'ici 2020 sur l'intégralité de nos espaces publics y compris dans les cimetières.

En 2 ans les efforts fournis sont déjà bien visibles puisque nous avons réduit de moitié leur utilisation grâce à l'engagement d'une grande majorité de nos communes.
La phase de transition est la plus difficile dans la démarche « zéro phyto » mais elle en fait pleinement partie. Nous allons évoluer naturellement vers une acceptation d'espaces entretenus différemment. Les débuts sont souvent difficiles car on y voit du travail moins « propre », l'herbe présente est perçue comme « sale ». Pourtant ces espaces sont bien plus propres au niveau sanitaire qu'auparavant, les enfants peuvent les fréquenter sans risques, ce qui n'est pas le cas avec un traitement phytosanitaire. Ce n'est bien sûr qu'un exemple parmi tant d'autres (qualité de l'eau, risques pour les agents techniques…)

La communication est un outil important mais le meilleur des outils est le temps. Notre regard doit simplement s'habituer à voir autre chose, ce n'est ni plus ou moins sale, c'est juste différent.

Vous verrez prochainement apparaître ce type de panneau  dans vos cimetières afin de sensibiliser chacun à leur entretien futur. Le bénévolat ne pourra que contribuer à la réussite du projet.




La loi a évolué récemment et impose dorénavant aux collectivités de ne plus utiliser de produitsdès 2017 pour les voiries et les espaces verts. Travailler dans la précipitation n'est, à mon sens,pas la meilleure chose pour mener la démarche à son terme de manière efficace et acceptable mais nous n'aurons pas d'autres choix que de nous adapter. La Communauté de Communes est en phase de réflexion pour l'acquisition de nouveaux matériels de désherbage sans produits phytosanitaires.
Elle sera aidée financièrement entre 40% et 80% suivant le type de matériel par l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse (RMC).
Vous avez certainement remarqué que la gestion des espaces verts évolue également, c'est un vrai changement global.
 
 
Par exemple les hauteurs de coupe pour la tonte sont plus hautes, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, sur le moyen terme cela permet d'avoir moins de plantes indésirables. La pelouse est aussi en meilleure santé et résiste bien mieux à la sécheresse. Cette période de transition va durer quelques années, chacun de nous doit faire son maximum pour qu'elle se déroule du mieux possible. Ce qui est sûr c'est qu'à la fin du chemin nous serons tous fiers d'avoir contribué à ce changement important pour nous et notre environnement.
 



 

NE PLUS DÉSHERBER CHIMIQUEMENT

POURQUOI ?

  • Parce que la plupart de ces produits ne font pas que détruire l'herbe, ils finissent le plus souvent dans nos rivières, dans les nappes phréatiques et donc dans l'eau potable,
  • Parce qu'ils provoquent différentes maladies, allant de simples allergies au développement de cancers,
  • Parce qu'ils sont très dangereux pour les agents qui les utilisent malgré les protections réglementaires,
  • Parce que la loi impose aux collectivités de ne plus utiliser ces produits pour les espaces publics à compter de 2020,
  • Parce qu'ils nuisent fortement à la biodiversité, par exemple en tuant de nombreux insectes pollinisateurs comme les abeilles.
     

QUE FAUT-IL FAIRE ?

Repenser nos espaces et la vision que l'on en a. Nous sommes habitués à des espaces dits « propres » où aucune plante spontanée n'est tolérée. Ces espaces sont en fait très pollués et nuisent à notre santé et surtout à celles des enfants puisqu'ils sont plus prêts du sol et sont plus en contact avec ce dernier.

 
COMMENT LE FAIRE ?

Petit à petit, il faut aménager les espaces désherbés autrement : paillage ou fleurissement des tours d'arbres, enherbement de certaines zones, réfection des trottoirs avec des revêtements durables et de bonne qualité, aménagement de talus, acceptation de quelques herbes spontanées dans les villages.
 

QUI VA LE FAIRE ?

 
  • La Communauté de Communes Vannier Amance accompagnée financièrement par l' Agence de L'eau RMC met en place un programme de communication et d'action pour mener à bien le projet,
  • Les Communes sont les partenaires du projet et sans leurs accords pour changer les choses rien ne peut se faire,
  • Les agents techniques seront formés aux techniques alternatives de désherbage ( thermique,  mécanique, manuel, …),
  • Chacun d'entre nous doit s'impliquer dans ce projet en communiquant, en s'informant et en s'imprégnant de la démarche.